Bandeau
Vocalypso
Chorale Jazz à Besançon

Vocalypso, LA Chorale jazz de la MJC Palente

Impressions d’un primo-arrivant dans Vocalypso
Article mis en ligne le 25 novembre 2019
dernière modification le 5 février 2020

par André NOBILLIAUX
logo imprimer

J’avais fait l’acteur durant 28 années dans différentes troupes de théâtre amateur. J’avais interprété de nombreux rôles : notaire, clochard, directeur de Maison de la Culture, médecin alcoolique, politicien véreux, Monsieur Loyal, prêtre et même Dieu en personne !!
Alors, lassé par la réception dans la figure de tomates à la limite de la consommation j’avais tout arrêté. Et puis, sans doute, le désir de tourner la page et de faire autre chose. J’avais rencontré quelqu’un qui m’avait parlé d’une chorale de jazz. Le jazz, je connaissais un peu, voire un peu beaucoup. J’avais été initié par mes frères aînés pendant mon adolescence et chantais allègrement « Early Autumn » de Woody Hermann, la version qu’en avait faite, en français, le groupe vocal « les Double Six ». C’est dire !!
J’étais donc allé à une répétition de la chorale Vocalypso, à l’école Jean Zay, un lundi soir de septembre 2018. L’ambiance m’avait paru sympathique même, si j’eus du mal de me fondre dans le groupe.
J’avais intégré la section des basses sans trop savoir si cela convenait véritablement à ma voix.
Ma grosse difficulté résida dans le fait que je n’avais aucune notion de solfège et que je dus m’appuyer fermement sur mes collègues de section. Heureusement j’ai les oreilles, quoique décollées, assez musicales.
Le lundi, soir de répétitions, je me préparais en travaillant sur les partitions numérisées et essayais de suivre et la musique, et les paroles en anglais, en tentant de mémoriser et l’une et les autres. J’arrivais à 19h30 plein de doutes et de petites craintes, et repartais vers 21h30 empli de satisfactions et d’enthousiasme.
Je fis évidemment des comparaisons avec la vie d’une troupe de théâtre et dus reconnaître que les sensations éprouvées étaient bien différentes. Au théâtre, on joue sa partition seul et on s’appuie sur le jeu de l’autre ou des autres. On s’expose plus, on s’exhibe davantage. Dans un chœur, on chante sa partie avec son pupitre et on se connecte aux autres dans des rapports harmonieux. On se fond dans l’ensemble, on apprend à devenir humble,
Donc ce fut une année d’expériences intéressantes où je connus une communauté riche et vivante, où j’appris à suivre des partitions, jusque là inconnues, et à devenir une petite brique d’un édifice visant à réaliser une œuvre commune.
Un petit début de bonheur ?


Forum
Répondre à cet article

Actus

Radio Vocalypso épisode 3

Radio Vocalypso continue son exploration des morceaux de la comédie musicale (...)

Fermeture MJC suite coronavirus

En raison de l’épidémie du Coronavirus et en lien avec les directives (...)

Radio Vocalypso épisode 2

Radio Vocalypso continue son exploration des morceaux de la comédie musicale (...)

Répétition entre hommes

Ce lundi 5 mars 2020, nous (ténors et basses) avons récidivé pour une (...)

Radio Vocalypso épisode 1

Présentation de Radio Vocalypso avec ses 2 modes de diffusion : un fil en (...)

Sites favoris



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce



2019-2020 © Vocalypso - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.90
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2